Article dans la revue Magazin’art – Hiver 2017

France Houle

Quand la matière est le sujet

Réalisme contemporain

Les traces, rouille et encaustique sur toile, 76,2 x 91,44 cm, 2014

« Aucune matière ne peut être intelligible sans ombre et lumière. Ombre et lumière sont issues de la lumière. »
— Léonard de Vinci

La peinture matiériste et abstraite de France Houle, repose sur un dialogue entre la couleur et la matière. Dans cette approche non académique de la peinture, la surface du tableau est traitée comme une peau, avec ses coutures, ses cicatrices et ses tensions, l’artiste n’hésitant pas à faire usage de raclures, griffures, lacérations et déconstructions.

Papiers, tissus, enduits, métal oxydé, huile, encre et acrylique sont ajoutés sur la toile et travaillés dans leur texture et leurs abrasions ou érafflures obtenues par le passage de l’ensemble sous une presse d’où ressurgiront les états rayonnants de la matière par une luminosité de couleurs inusitées.

Formation en dessin au crayon et au pastel. Puis l’aquarelle, la gravure et l’acrylique. L’artiste a longuement fait la recherche du médium pouvant rendre possible l’authenticité de son expression. Aussi, suivant l’intuition, les savoirs et les connaissances, la créatrice décide alors de jouer sur tous les possibles de ses expérimentations afin d’induire son style propre et unique. Dans la foulée des évènements et des actions constructives, en 2004, France Houle décide de se consacrer pleinement la pratique de l’art. Elle entreprend alors une formation universitaire en arts visuels à l’Université du Québec à Montréal. Ce parcours l’amène à enseigner au sein de plusieurs écoles. Cela, avant de s’associer, en 2007, à d’autres artistes dans le but de prodiguer son érudition à travers divers ateliers réunis sous les objectifs du collectif Kaf Art. Enseigner et présenter les différentes tendances de l’art actuel tout en favorisant un dialogue entre les élèves, les artistes et le public, France Houle, heureuse et accomplie, nage tel un poisson dans l’eau ; le centre d’artistes assurant tout autant la diffusion des œuvres significatives.

Il y a les figuratifs, les portraitistes, les paysagistes, les abstraits et les matiéristes. Et les expressionnistes, impressionnistes, réalistes, hyperréalistes, formalistes selon la fougue du geste du couteau ou du pinceau.

Des restes du passé I, techniques mixtes sur papier, 17,2 x 12 cm, 2014

« Dans un certain sens, mes œuvres sont des métaphores de la vie qui est fragile et forte à la fois. Voilà ce que je veux exprimer dans mes toiles en jouant avec l’équilibre des formes, des matières et des couleurs, » explique France Houle. Elle ajoute se percevoir tel un artiste « recycleur », considérant le recours à divers matériaux atypiques : bois, cordes, ferraille rouillée, cire et tout ce qui viendra attiser l’œil du spectateur une fois trituré par un instrument laissant des traces de grattage, de déchirures voire d’empreintes d’objets à motifs géométriques ou organiques. Soulignons ici que l’acrylique et autres médiums transportant les pigments de la couleur viendront produire les plus formidables effets de ramages, de crevasses et de craquelures afin de se prêter au jeu infini, mais très bien senti, des impressions et des évocations fugaces. L’artiste nous suggère en filigrane et ramène sous les yeux tout un fond très ancien de la composition de la réalité. Comme si nous pouvions passer du réel au surréel. À voir absolument !

Texte de Michel Bois

Je ne peux rien voir avec indifférence, techniques mixtes sur papier, 30 x 30 cm, 2014

France Houle est représentée par la Galerie Kaf Art 9367, rue Lajeunesse, Montréal
514 260-0591